Comprendre les nombres relatifs : une exploration du monde des positifs et négatifs

mathematiques

Dans le monde des mathématiques, les nombres jouent un rôle crucial pour exprimer des valeurs, mesurer des grandeurs ou comparer des quantités. Parmi eux, les nombres relatifs sont particulièrement intéressants et méritent une attention particulière. Découvrez les spécificités et les applications de ces nombres à travers l’analyse de leurs caractéristiques principales et en plongeant dans l’univers fascinant des nombres positifs et négatifs.

Qu’est-ce qu’un nombre relatif ?

Un nombre relatif est un nombre qui peut être positif, négatif ou nul (zéro). Ils englobent donc à la fois les nombres entiers et les nombres décimaux. En opposition aux nombres naturels, qui ne peuvent être que positifs ou nuls, les nombres relatifs permettent de considérer des situations mettant en jeu des gains ou des pertes, des élévations ou des descentes, etc.

Ils se caractérisent notamment par leur signe, qui représente soit « + » pour les nombres positifs, soit « – » pour les nombres négatifs. Prenons un exemple d’exercice cm1 : si nous devons donner la différence entre un gain de 5 euros et une dépense de 3 euros, on utilisera les nombres relatifs (+5) et (-3), puisque l’on envisage les sommes entrantes et sortantes en fonction de leur signe.

La signification des nombres positifs et négatifs

Les nombres positifs sont ceux qui correspondent à une quantité, une distance ou un gain. Ils sont toujours supérieurs à zéro et indiquent généralement une augmentation, une élévation ou une croissance. Les nombres négatifs, quant à eux, représentent une diminution, une baisse ou une perte. Ils sont inférieurs à zéro et s’expriment avec un signe moins devant la valeur du nombre.

Il est essentiel de bien comprendre cette distinction pour travailler efficacement avec les nombres relatifs et savoir quand utiliser un nombre positif ou négatif en fonction du contexte. Cette notion permet également de mieux interpréter des données dans divers domaines tels que l’économie, la géographie ou encore la physique.

En lien :  L'Intranet d'Université Paris Descartes

Notion de distance à zéro

Une autre caractéristique importante des nombres relatifs est leur rapport à la valeur absolue, c’est-à-dire la distance séparant le nombre relatif de zéro sur une échelle numérique. Dans ce cadre, on peut parler de « tendance » d’un nombre à être plus proche ou plus éloigné de zéro :

  • Un nombre positif aura une tendance à s’éloigner de zéro lorsqu’il augmente;
  • Un nombre négatif aura une tendance à se rapprocher de zéro lorsqu’il augmente;
  • Inversement, un nombre positif se rapprochera de zéro lorsqu’il diminue;
  • Et un nombre négatif s’éloignera de zéro lorsqu’il diminue.

Cette notion de distance à zéro apporte une compréhension plus fine de l’évolution des nombres relatifs et facilite leur manipulation dans divers contextes mathématiques ou appliqués.

Les opérations avec les nombres relatifs

L’utilisation des nombres relatifs impose de maîtriser certaines règles spécifiques pour réaliser des opérations telles que l’addition, la soustraction, la multiplication et la division. Ces règles sont dictées par le signe des nombres en jeu :

Addition et soustraction

Pour additionner ou soustraire des nombres relatifs, il convient d’appliquer les méthodes suivantes :

  • Si les deux nombres ont le même signe, on additionne leurs valeurs absolues et on garde ce signe pour le résultat;
  • Si les deux nombres ont des signes différents, on soustrait la valeur absolue du plus petit au plus grand et on attribue le signe du nombre le plus grand au résultat.

Ainsi, pour ajouter (-5) et (-3), on fait 5 + 3 = 8 et on garde le signe « -« , donc le résultat est -8. Pour soustraire (+3) et (-2), on considère en réalité l’addition (+3) + (+2), soit 5 : le résultat est donc +5.

En lien :  Comment le système itslearning 02 ENT peut faciliter le travail des parents, élèves et enseignants

Multiplication et division

S’agissant des multiplications et divisions avec les nombres relatifs, les règles dépendent du signe des nombres impliqués :

  • Si les deux nombres ont le même signe (positif ou négatif), le résultat sera positif;
  • Si les deux nombres ont des signes différents, le résultat sera négatif.

Cette logique s’applique également pour des multiplications ou divisions en chaîne : on compte simplement le nombre de facteurs négatifs et on applique le signe correspondant au résultat final.

L’ordre et la comparaison des nombres relatifs

Comparer et ordonner des nombres relatifs impose également certaines connaissances. Voici quelques points clés à retenir :

  • Un nombre positif est toujours supérieur à un nombre négatif;
  • Deux nombres négatifs sont d’autant plus grands que leur valeur absolue est faible (par exemple, -2 est supérieur à -5);
  • Pour comparer des nombres relatifs ayant le même signe, on utilise l’échelle numérique.

Ainsi, pour classer par ordre croissant les nombres -4, +2, -3 et +1, on obtient la suite suivante : -4, -3, +1 et +2.

En somme, travailler avec les nombres relatifs requiert une compréhension approfondie de leurs caractéristiques, notamment en termes de signe et de distance à zéro. En maîtrisant ces notions et les règles spécifiques aux opérations sur les nombres relatifs, il est possible de résoudre efficacement des problèmes mathématiques et d’interpréter correctement des données dans de nombreux domaines.

Partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Sommaire de l'article

Pour en lire plus

usine conducteur ligne

Comment devenir conducteur de ligne ?

Vous envisagez une carrière en tant que conducteur de ligne ? Ce métier central dans de nombreux secteurs industriels nécessite non seulement une formation spécialisée

Retour en haut